17 septembre 2015

De la leçon posthume de Stanley Hoffmann

Stanley Hoffmann s’en est allé sans attendre l’automne. Sans doute les jeunes générations ignorent qui il était. Peut-être les condisciples de Monsieur Hollande aux Sciences Politiques se souviennent de son nom sinon de ses écrits. Par delà son œuvre, son histoire résonne d’une image particulière, dans l’actualité qui accompagne son départ. Enfant juif d’une famille viennoise, il fut parmi les réfugiés que la France sut accueillir et cacher. Devenu français puis américain, il se voulait l’un et l’autre. Professeur à Harvard, il fut... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 septembre 2015

De l'Etranger

“Tu aimeras l’étranger car tu as été étranger dans le pays d’Egypte.“ Le commandement est simple, clair et s’adresse à chacun car chacun dans son expérience individuelle ou collective a connu une Egypte dont il était étranger. Le socle culturel délité des sociétés contemporaines ignore vraisemblablement la formule et le texte dont il est tiré mais celle-ci n’étant que morale humaine élémentaire reste à la portée de tous. Pourtant les regards apeurés d’enfants et de mères, jetés sur des bateaux, noyés souvent ou parvenant sur des... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2015

D'Athalie et Dom Juan

Il y a quelques trente ou quarante ans, Roger Planchon fit une mise en scène de grande qualité d'Athalie et de Dom Juan, les comprenant comme un ensemble représenté dans cet ordre en deux soirées successives. L'intention qui faisait choix d'ignorer la chronologie de l'écriture - Racine publia Athalie en 1691 longtemps après que Molière eut représenté Dom Juan en 1665 - était d'illustrer l'évolution de l'époque moderne depuis la toute puissance de l'Eglise jusqu'à la libération de son emprise, l'épilogue de Dom Juan étant compris... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2015

Du sang des autres

L’émotion qui secoua le pays après les attentats de janvier fut une réaction d’humanité à la barbarie même si les dirigeants regroupés loin du peuple furent en contrepoint l’illustration de la distance entre ce qu’un auteur contestable appelait le pays légal et le pays réel. L’émotion qui secoua le monde au spectacle des exécutions de l’“état islamique“, de leur mise en scène macabre et de l’indifférence des bourreaux, fut aussi une réaction d’humanité. Dans une moindre mesure, l’émotion que suscita la destruction de statues et de... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2015

De la Grèce et du Concert des Nations

A l’échelle de l’Histoire, la crise grecque restera comme un souffle dans un verre d’eau. A l’échelle humaine, celle de ceux qui en payent le prix, elle restera une épreuve, mesurée à l’aulne des difficultés des familles, des amis et des proches.   Dessinées au fuseau des idéologies, les responsabilités sont acquises. Pour les uns, les Grecs ont triché, les Grecs ont menti, les Grecs se sont choisi des dirigeants populistes et démagogues qui se sont moqué jusqu’à plus soif de tous et de chacun. Pour les autres, les riches des... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2015

De la Civilisation et de la Guerre

Monsieur Valls a évoqué une guerre de civilisation à propos de la traînée d’attentats de ces dernières semaines. La Gauche s’en est émue, la Droite s’en est réjouie reprochant néanmoins au Premier Ministre de ne pas agir comme il devrait sans que ce grief là ne soit particulièrement pertinent. Comme Monsieur Valls parlait plutôt qu’il n’écrivait, il n’est pas sûr si dans son esprit il s’agissait d’une guerre de civilisation ou d’une guerre de civilisations, c’est-à-dire d’une guerre de la civilisation contre son contraire ou d’une... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2015

De Mnémosyne et Clio

Les Grecs - d’avant Monsieur Tsipras – ont fait de la mémoire, la mère de l’Histoire. Mnémosyne, déesse de la mémoire, enfanta notamment Clio, muse symbolisant l’Histoire. C’est parce que l’homme se souvient, qu’il étudie le passé et en érige l’étude en science. Mais l’inverse est aussi vrai : c’est par l’écriture de l’Histoire que la mémoire se crée. La mémoire et l’Histoire sont en relation dialectique, se nourrissant l’une de l’autre mais restent structurellement différentes. Chaque 14 juillet, la mémoire française... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2015

Du Panthéon

Du Panthéon La République “panthéonise“ un peu comme …. l’Eglise catholique canonise. Certes ni l’une ni l’autre ne goûterait le parallèle et chacune soulignerait à l’envi les différences entre leurs pratiques respectives. Aucun miracle n’est requis pour entrer au Panthéon, aucun miracle n’a jamais été signalé autour des sépultures qui s’y trouvent et nul pèlerinage n’y a jamais été organisé. En outre, la Révolution inventa l’usage du Panthéon par référence à l’Antiquité et justement en rupture de la tradition religieuse. Pour sa... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2015

De l'Ecole

L’Ecole a toujours eu deux missions : éduquer le plus grand nombre et former les élites. Dans la France d’avant la Révolution, ces deux missions étaient respectivement symbolisées par les lasalliens et les jésuites. Le génie de l’enseignement public hérité de Jules Ferry était d’avoir réussi pendant près d’un siècle la synthèse des deux. La réforme du Collège à la façon de Monsieur Hollande est le point, extrême à ce jour, du délitement de cette double mission par abandon de la seconde au profit allégué de la première. La... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2015

D'un Royaume bien Uni

   D’un Royaume bien Uni   Les élections au Royaume-Uni ont conservé le charme qu’avaient naguère les scrutins en France lorsque les instituts de sondage ne donnaient pas encore le résultat du vote à la clôture du scrutin. Ainsi les soirées électorales britanniques permettent aux faux experts imités de vrais penseurs, de dérouler à minuit des analyses que le petit jour effacera sans qu’aucun ne s’en trouble. De façon plus maladroite en France, les erreurs d’analyse survivent à la nuit, tellement le voisin insulaire y... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]