19 juin 2014

De la Primaire

Beaumarchais dans “Le Mariage de Figaro“ ironisait sur l’anglomanie de son temps. Nous pourrions faire de même aujourd’hui à propos de l’engouement des politiques pour la pratique américaine des primaires. Certes celle-ci fonctionne bien outre-Atlantique mais si l’on observe les régimes parlementaires européens on s’aperçoit que les partis y désignent un dirigeant et une équipe et que ceux-ci bénéficient généralement d’un temps d’opposition pour mettre au point un programme qu’ils s’évertuent à appliquer lorsqu’ils accèdent au... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2014

Du Pigeon

Il y eut deux moments consternants le dimanche 25 mai 2014 au soir : les résultats du Front National et les commentaires qui les ont accompagnés, les seconds l’emportant en termes d’inquiétude sur les premiers ! Les élites –entendez par là ceux dont essentiellement le talent et un peu la bonne fortune ont mis en position de prendre des décisions dont les effets concernent une partie à tout le moins importante de leurs concitoyens- les élites donc, font immanquablement penser aux pigeons. Ces derniers sont des animaux... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2014

Du décret de Monsieur Montebourg

L’écolier d’avant mai 1968 apprenait qu’il devait aimer la France. C’était simple. Ensuite il apprit qu’il devait aussi aimer l’Europe, puis le monde, le tiersmonde, le quart-monde, le plein-emploi et même plus tard le marché. C’est devenu compliqué. Lorsqu’il ne s’agissait que d’aimer la France, il suffisait de la préférer à ce qui était au-delà des frontières. Mais aimer l’Europe c’est justement ne pas lui préférer la France. Aimer le monde c’est ne pas lui préférer l’Europe et a fortiori la France. Aimer le marché c’est aimer que... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2014

De l'Europe

De l’Europe   “Europe vaste cimetière où ne dorment que des conquérants morts“ écrivait Malraux dans La Tentation de l’Occident. La Communauté européenne s’est construite à partir de la déflagration qui a failli l’emporter et à l’initiative de pays dont chacun ne s’aimait peut-être pas beaucoup lui-même et craignait les autres. La France, que les hasards de l’histoire et la volonté de quelques-uns avaient mise au rang des vainqueurs trainait tout de même une cicatrice de défaite et de collaboration. L’Allemagne était... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 avril 2014

Du Premier Ministre

Du Premier Ministre La culture historique de Monsieur Valls remonte à Valmy. C’est déjà bien et certainement mieux que beaucoup de ses électeurs et non électeurs. Pour parfaitement comprendre la fonction qu’il occupe, c’est néanmoins un peu court, sans que la comprendre ne soit un gage de la bien exercer. La République n’a ni inventé ni promu la fonction de Premier Ministre, la retrouvant et ne lui donnant son nom, qu’en prenant les plis de la monarchie avec l’avènement de la Vème République. A partir du XIIIème siècle, la France a... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2014

“Le jeudi de la quinzaine“ (2)

A mi-route En 1967, à Grenoble, dans une de ces fulgurances dont il avait le secret, Malraux avait dit de la gauche qu’elle n’était “pas à gauche car la gauche est l’immense rêve de la gauche qui se rêve et ne se réalise jamais“. La formule est un peu absconse mais transposée au bilan de Monsieur Hollande à mi-mandat, elle s’éclaire. Si une présidence encore inachevée a déçu, c’est que celle-ci a été fondée sur une double méprise. La première méprise tient à la motivation des électeurs de Monsieur Hollande qui dans leur ensemble... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2014

Ecoutes et Rupture

Monsieur Sarkozy a été écouté sur décision de juges d’instruction dans le cadre d’une enquête sur des faits réels ou supposés, passibles de plus de deux années d’emprisonnement. La décision est conforme à la loi et finalement banale dans un pays où depuis cinquante ans les écoutes illégales sont devenues une norme. La circonstance que Monsieur Sarkozy ait été Président de la République ne change rien à la question : la fonction sanctuarise un président en exercice mais sa personne n’est pas sacrée au point que son privilège... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]