30 avril 2015

De la confusion

La confusion des concepts est chose dangereuse car mal appréhender une réalité rend plus difficile de la résoudre. Longtemps, certains bien intentionnés mais faussement savants faisaient de Franco un fasciste. Il était certes un dictateur, un dictateur de droite, un dictateur taché de sang, plus encore que ne le fut Mussolini mais il n’était pas un fasciste. Le fascisme fut au sens étymologique du terme une doctrine révolutionnaire visant à renverser puis à créer une société radicalement nouvelle, articulée autour d’un parti et de... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2015

De l’Arménie et d’Antigone

Sophocle faisait dire à Antigone que les lois non écrites des Dieux l’emportaient sur celles des hommes. Tel est le droit naturel qui veut que les règles morales consubstantielles à l’humanité transcendent les lois des sociétés humaines. Considérant qu’en pratique, une règle ne peut être exécutée que s’il y a une loi pour l’imposer, certains font du droit naturel un concept vide mais c’est en nier l’objet qui est de s’opposer au droit positif, de le refuser au nom de la morale. En revanche, la notion de droit naturel est une épée à... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2015

Du fer à cheval

Si Monsieur Valls avait interrogé le chef d’état major des armées Pierre de Villiers, celui-ci lui aurait rappelé un principe connu des militaires que l’on n’engage pas une bataille si l’on sait qu’elle est impossible à gagner. Certes Monsieur Valls ne pouvait pas annuler les élections départementales. Il n’était cependant pas obligé de leur donner une résonnance nationale en transformant en referendum sur le Front National, un scrutin qui n’intéressait pas grand monde, à juste titre d’ailleurs si l’on considère que l’avenir des... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2015

Des statues et des hommes

Nul ne saura jamais combien de sœurs du “Sourire de Reims“ ont péri entre guerres de religion et Révolution Française et si le Veau d’or ne fut pas l’œuvre d’un Michel-Ange retourné à l’oubli. L’art religieux des uns a toujours payé un lourd tribu à la religion des autres. Pourtant, l’art religieux ne dit rien ou presque sur les divinités qu’il est censé représenter mais beaucoup sur la relation qu’une civilisation entretient ou pas avec le divin. En cela l‘art religieux d’une civilisation disparue est ce qui reste de son dialogue... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2015

Des barbares et des dieux

La seconde moitié du siècle dernier se définissait par rapport au politique. Dans les années 1960 et 1970, il venait à l’esprit de très peu, de se définir au regard d’une appartenance confessionnelle. Celle-ci pouvait être un héritage ou une conviction, une appellation lointaine ou une pratique mais elle était rarement un marqueur. Le clivage politique pouvait être violent. Il opposait à des degrés divers ceux qui pensaient ériger une cité socialiste et ceux qui y voyaient une réplique du modèle soviétique. Entre extrêmes, le clivage... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 février 2015

Du réveil d’Hypnos

Depuis des temps presque immémoriaux, la France et souvent l’Europe changent de siècle entre la dixième et la vingtième année de ceux-ci, généralement autour de la quinzième. Ce siècle-ci ne fait pas exception et chacun sent confusément que pas seulement la France mais aussi l’Europe et une partie du monde ont désormais basculé dans un temps différent. En fait l’Europe occidentale s’est réveillée à la tragédie de l’Histoire comme après un profond sommeil ordonnancé par Hypnos. En effet, la guerre froide fut pour elle une longue... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2015

De la trilogie des répétitions générales

L’Histoire se venge de ceux qui l’ignorent et comme elle n’est plus guère enseignée, elle aura à l’avenir, nombre d’occasions de se venger. Lénine avait dit de la révolution avortée de 1905 qu’elle était la répétition générale de celle qui lui semblait inéluctable et qui effectivement se produisit en 1917. On a les répétitions générales que l’on peut et l’élection du Doubs est peut-être la répétition générale du scrutin présidentiel de 2017. Les trois droites chères à René Rémond sont l’une de ces exceptions françaises... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2015

De Charlie, de Dieu et de la France

Entre émotion et larmes, retenues ou pas, les foules du 11 janvier, silencieuses ou chantant la Marseillaise ont dit tout à la fois que le crime ne se justifiait pas, que la liberté ne se négociait pas et que la Nation était bien une et indivisible. Pendant les journées tragiques il n’y eut pas de fautes, sauf celle de goût de Monsieur Sarkozy anxieux de paraître sur une photo et celles, douloureuses, des enfants de dix ans refusant le geste d’humanité le plus élémentaire, la minute de silence. Dans les deux cas, le comportement... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2015

De Charlie Hebdo

Du plus loin qu’une génération se souviendra, il y aura Hara-Kiri, Charlie Hebdo, Charlie Hebdo encore, l’irrévérence du trait, la causticité du verbe, une jeunesse qui se prolonge jusque sous les rides parfois. Certes Charlie Hebdo choquait mais c’est le propre des démocraties de laisser choquer sous le contrôle exclusif du juge plutôt que d’escadrons de la mort, dans les cas circonscrits de la diffamation ou de l’injure. Dieu a créé l’homme à son image mais beaucoup d’hommes le réinventent à la leur, tachée de sang. Les mots... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2014

Du théâtre d'ombres

La semaine dernière s’est achevée ou la semaine présente s’est ouverte sur un double théâtre d’ombres : les élections à l’UMP et celles au Front National ; il ne manquait plus que le parti socialiste pour que le triptyque soit parfait. Hannah Arendt avait décrit les partis politiques dans les sociétés totalitaires comme un noyau au cœur d’un fruit, de nature différente de celui-ci et dont seule la périphérie restait au contact de ce dernier. Le centre du noyau, lieu des décisions, était non seulement loin de la chair mais... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]