05 mars 2015

Des barbares et des dieux

La seconde moitié du siècle dernier se définissait par rapport au politique. Dans les années 1960 et 1970, il venait à l’esprit de très peu, de se définir au regard d’une appartenance confessionnelle. Celle-ci pouvait être un héritage ou une conviction, une appellation lointaine ou une pratique mais elle était rarement un marqueur. Le clivage politique pouvait être violent. Il opposait à des degrés divers ceux qui pensaient ériger une cité socialiste et ceux qui y voyaient une réplique du modèle soviétique. Entre extrêmes, le clivage... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 février 2015

Du réveil d’Hypnos

Depuis des temps presque immémoriaux, la France et souvent l’Europe changent de siècle entre la dixième et la vingtième année de ceux-ci, généralement autour de la quinzième. Ce siècle-ci ne fait pas exception et chacun sent confusément que pas seulement la France mais aussi l’Europe et une partie du monde ont désormais basculé dans un temps différent. En fait l’Europe occidentale s’est réveillée à la tragédie de l’Histoire comme après un profond sommeil ordonnancé par Hypnos. En effet, la guerre froide fut pour elle une longue... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2015

De la trilogie des répétitions générales

L’Histoire se venge de ceux qui l’ignorent et comme elle n’est plus guère enseignée, elle aura à l’avenir, nombre d’occasions de se venger. Lénine avait dit de la révolution avortée de 1905 qu’elle était la répétition générale de celle qui lui semblait inéluctable et qui effectivement se produisit en 1917. On a les répétitions générales que l’on peut et l’élection du Doubs est peut-être la répétition générale du scrutin présidentiel de 2017. Les trois droites chères à René Rémond sont l’une de ces exceptions françaises... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2015

De Charlie, de Dieu et de la France

Entre émotion et larmes, retenues ou pas, les foules du 11 janvier, silencieuses ou chantant la Marseillaise ont dit tout à la fois que le crime ne se justifiait pas, que la liberté ne se négociait pas et que la Nation était bien une et indivisible. Pendant les journées tragiques il n’y eut pas de fautes, sauf celle de goût de Monsieur Sarkozy anxieux de paraître sur une photo et celles, douloureuses, des enfants de dix ans refusant le geste d’humanité le plus élémentaire, la minute de silence. Dans les deux cas, le comportement... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2015

De Charlie Hebdo

Du plus loin qu’une génération se souviendra, il y aura Hara-Kiri, Charlie Hebdo, Charlie Hebdo encore, l’irrévérence du trait, la causticité du verbe, une jeunesse qui se prolonge jusque sous les rides parfois. Certes Charlie Hebdo choquait mais c’est le propre des démocraties de laisser choquer sous le contrôle exclusif du juge plutôt que d’escadrons de la mort, dans les cas circonscrits de la diffamation ou de l’injure. Dieu a créé l’homme à son image mais beaucoup d’hommes le réinventent à la leur, tachée de sang. Les mots... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2014

Du théâtre d'ombres

La semaine dernière s’est achevée ou la semaine présente s’est ouverte sur un double théâtre d’ombres : les élections à l’UMP et celles au Front National ; il ne manquait plus que le parti socialiste pour que le triptyque soit parfait. Hannah Arendt avait décrit les partis politiques dans les sociétés totalitaires comme un noyau au cœur d’un fruit, de nature différente de celui-ci et dont seule la périphérie restait au contact de ce dernier. Le centre du noyau, lieu des décisions, était non seulement loin de la chair mais... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2014

De l'avocat, de l'exception et des poubelles de l'histoire

Ce blog a vocation à porter un regard général sur des sujets divers et à paraître un jeudi sur deux mais Ignace de Loyola disait qu'il n'était pas de règle si stricte qu'elle ne supportât une exception et aujourd'hui l'urgence justifie l'exception. Monsieur Macron chaussant les pantoufles de son prédécesseur, a entrepris d'occire la profession d'avocat en cherchant à lui intégrer les juristes d'entreprises fort astucieusement appelés NASEs pour "nouvel avocat en entreprise", à l'ouvrir aux experts-comptables qui se pensent experts en... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2014

De la disparition de l’avocat par étouffement provoqué

Ceux qu’il veut perdre, Jupiter les rend fous. Ainsi en est-il des avocats qui applaudissent au projet de Monsieur Macron d’autoriser l’entrée de capitaux extérieurs dans les cabinets d’avocats qui de ce fait n’en seront plus, d’autoriser les salariés d’entreprises commerciales de représenter celles-ci en qualité de Nouvel Avocat Salarié en Entreprise c’est-à-dire de NASE et d’ouvrir le champ du droit aux experts comptables. L’avocat ne plait pas aux pouvoirs quels qu’ils soient car l’avocat est par essence extérieur aux... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 novembre 2014

De la tarte à la crème

Il est une tarte à la crème largement répandue selon laquelle le Français serait mal à l’aise avec la mondialisation parce que mal à l’aise avec l’argent et que ce malaise tiendrait à ses racines catholiques et rurales. Etablir un parallèle entre catholicisme et méfiance envers l’argent, revient à s’affranchir d’évidences historiques et aussi contemporaines. La France n’a jamais été moins égalitaire que lorsqu’elle était un pays catholique proclamé c’est-à-dire sous l’Ancien Régime. La société d’Ordres qui a disparu avec la... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2014

De la défense des professions réglementées

L’Etat est exsangue, les déficits sont constants, chacun pourrait penser que l’intérêt général commanderait de réduire les dépenses de l’Etat en s’attachant à celles qui sont le moins utiles. Que nenni : au nom de l’intérêt général, l’Etat coupe dans les dépenses militaires alors que le pays nolens volens est en guerre et continue d’éviter de tailler où cela pourrait faire mal par exemple en contraignant Bercy à accepter le prélèvement des impôts à la source. De façon tout aussi absurde et toujours au nom de l’intérêt... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]