04 février 2016

Du dernier virage

 Dans les années 1970, le Front National n’était qu’un regroupement marginal de nostalgiques, jeunes ou vieillissants, ayant raté le recentrage offert à l’extrême-droite par l’accès de Monsieur Giscard d’Estaing à la Présidence de la République. Plusieurs lustres plus tard, le Front National est un parti d’électorat populaire, ayant ses petites et grandes entrées dans les allées de la presse et du pouvoir, reçu même à l’Elysée par Monsieur Hollande plutôt comme René Coty pouvait recevoir Pierre Poujade que comme Hindenburg... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2016

Du vide et du trop-plein

 Le Général de Gaulle redoutait pour après lui non pas le vide mais le trop-plein. Les quelques trente-cinq ans qui ont suivi son départ des affaires ne lui donnèrent pas vraiment raison en ce que Pompidou, Mitterrand, Monsieur Giscard d’Estaing et Monsieur Chirac ont à peu près dominé leur camp respectif sans subir l’assaut de trop de prétendants. A droite, Monsieur Sarkozy fut comme un sas de transition : du temps de son quinquennat les candidats à son remplacement restaient assez discrets mais pour autant, chacun sentait... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2016

D’un Succédané

Lorsque la gauche est dans l’opposition, elle se pose en défenseur quasi-institutionnel des libertés et toute initiative même banale qu’un gouvernement de droite prendrait dans un souci d’ordre public, devient une intolérable atteinte à la démocratie. Lorsqu’elle accède au pouvoir et passé le temps d’adaptation, la gauche se délecte à jouer avec les instruments de contrôle et de répression faisant à tout le moins, jeu égal avec la droite à cet égard. Ainsi, Clémenceau se plaisait à être le premier “flic“ de France puis à faire... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2015

DU TROMPE L'OEIL

Du Trompe l’œil   Au tomber de rideau des élections régionales, le vase clos des partis établis, de la presse nationale, des radios et des télévisions, qui vit en apesanteur de la réalité, affichait un mélange du soulagement de ceux qui ont senti le vent du boulet et de la fausse gravité de ceux qui font semblant de savoir. Cette ambiguïté est la même depuis 2002, chacun forçant plus ou moins son talent de pénitent déguisé. Une élection en démocratie est toujours la conséquence du suffrage universel et des règles de sa... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2015

Des Retours d’Elections

Le Figaro fit sa Une de samedi sur l’importance qu’il attachait au scrutin régional mais à en juger par le taux d’abstention, l’incantation est demeurée sans écho. Trop d’élections tuent l’élection et on ne peut sérieusement penser mobiliser l’électorat pour des élections départementales en mars puis des élections régionales en décembre alors qu’une année auparavant, il était déjà invité à voter à des élections européennes. Peu d’électeurs connaissent les compétences respectives de ces assemblées qui ressemblent de plus en plus à des... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2015

Du Chagrin et de l’Essentiel

  Un peu plus de neuf mois ont séparé les attentats de janvier de ceux de novembre. Les enfants conçus au moment des premiers avaient à peine un mois au moment des seconds: triste début. Il faut neuf mois, dit-on souvent, pour faire un homme ou une femme et un jour pour les tuer. Chacun sait qu’il faut bien plus de neuf mois pour faire d’un enfant, un adulte et chacun a pu vérifier qu’il suffisait d’un moment pour le tuer. De temps immémoriaux, les guerres ont fauché le blé en herbe et celle-ci ne fait pas exception. Cette... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 novembre 2015

D’un fauteuil pour deux

Loin du coup d’état permanent cher à Mitterrand, le pays s’engonce dans la campagne électorale continue. A peine élu, le Président, son entourage, ceux qui attendent du Prince quelques prébendes ou privilèges, réfléchissent à la façon de prolonger l’aubaine, arrimant réflexions et actions au temps court du calendrier électoral, loin du temps long de l’Histoire. L’invention des primaires, c’est-à-dire du décrochage de la direction du parti et de la position de prétendant au trône, fut la trouvaille d’excellence qui sous couvert... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2015

De l’Heure et du Temps

Deux fois chaque année, le Prince change l’Heure. Le prétexte est celui de l’économie d’énergie. Ainsi pendant l’été, Paris se trouve à l’heure de Varsovie et l’hiver à celle de Berlin. La mesure étant européenne, un esprit chagrin pourrait se demander pourquoi le besoin d’économies décroît à mesure que l’on se dirige vers l’est. Si le raisonnement servi à l’appui de la mesure était sérieux, Berlin devrait être à l’heure de Varsovie et Varsovie à celle de Moscou. Varsovie à l’heure de Moscou est historiquement provocant mais pas... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 octobre 2015

Du Petit Chaperon Rouge

Françoise Giroud pensait que le féminisme aurait triomphé lorsque des fonctions importantes seraient confiées à des femmes incompétentes. Que son âme vogue en paix dans les nuages. A en juger par la dernière saillie de Madame Vallaud-Belkacem, nous y sommes presque. La Ministre veut interdire le Petit Chaperon Rouge car le récit de cette petite fille, de rouge vêtue, allant voir sa grand-mère et finissant dans la gueule du loup serait sexiste. Bientôt la Ministre voudra interdire la Belle au Bois Dormant parce que le récit d’une belle... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2015

De Ali Mohammed al-Nimr, du ciel et du sol

Le politique, entendons par là la personne qui fait métier de s’agiter dans le bocal politique, se pense investi d’une compétence l’autorisant à parler de tout et faisant obligation au citoyen de l’écouter. Depuis que le Moyen Orient est à feu et à sang, l’élu de base qui par exemple peine à se rendre à l’Assemblée Nationale tellement il est occupé par les comices et autres réjouissances de sa circonscription, se croit expert militaire et fin connaisseur du conflit. Lui et ses collègues débattent de savoir si l’Occident doit... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]