04 août 2016

Du bruit du bonheur

On connaît son bonheur disait Prévert par le bruit qu’il fait en partant. Certes avant les attentats de Merah, l’Europe ne baignait pas dans le bonheur, chacun pensant que ses enfants ne vivraient pas nécessairement mieux qu’eux-mêmes l’avaient fait mais étaient encore bercés de l’insouciance d’un continent dont l’Histoire semblait s’être retirée. Le bruit fut celui des attentats et est encore celui d’une guerre qui ne se déroule pas aux frontières mais devant la porte de chacun, une guerre où l’ennemi n’a pas d’uniforme et peut être... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2016

De l’obscurantisme et la violence

La décence eut exigé que le temps du deuil fût celui du deuil. L’intelligence eut aimé que le temps d’après, fût celui d’une démarche collective. La décence fut ignorée et l’intelligence a depuis longtemps déserté l’espace public. Pendant quarante ans, les princes qui nous gouvernent, ont affirmé avoir dans leur besace, une recette en kit contre le chômage. Désormais, les opposants du jour, semblables à ceux d’hier lors de l’affaire Merah, prétendent connaître le secret d’une sécurité immédiate. C’est un peu comme si en 1940,... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2016

De Delphes à Eleusis

Au lendemain du vote britannique sur son appartenance à l’Union Européenne, tout quidam est devenu commentateur, tout commentateur s’est mué en expert et tout expert s’est érigé en oracle: Delphes en continu! Chacun dans la brume avait vu et décrypté le vol des hirondelles et les pythies étaient d’autant plus à l’aise qu’elles seront depuis longtemps oubliées quand viendra le temps de vérifier leurs pronostics. A défaut d’interroger l’avenir, la lumière du passé peut aider à comprendre le présent. Depuis temps immémoriaux, aucune... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2016

Du cens et du non-sens

Un Professeur de l’Université de Cambridge déclarait il y a peu qu’il ne connaissait personne qui avait l’intention de voter en faveur du Brexit. Si le suffrage avait un cens au sens où Guizot comprenait le mot, ni Brexit, ni populisme, ni Front National, ni même Donald Trump aux Etats-Unis, n’émergeraient du débat politique légal. Cette circonstance ne signifie nullement qu’il faille renoncer au suffrage universel mais illustre que la crise politique qui traverse peu ou prou le monde occidental et notamment l’Europe n’est pas... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2016

De la Mémoire

Montaigne écrivait que “De tant de milliasses de vaillants hommes qui sont morts depuis quinze cents ans en France, les armes à la main, il n’y en a pas cent qui soyent venus à notre connaissance.“ Les XXème et XXIème siècles ont souhaité réparer cette injustice même si le souvenir reste fragmentaire et plutôt centré sur les guerres du XXème siècle. Se posent dès lors les questions du “quand“ et du “comment“ auxquelles il ne peut être répondu qu’après avoir réfléchi à celle plus générale du “pourquoi“.  Un exercice de mémoire... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2016

De l’Eloge du 49-3

Parmi les sottises qui resteront de la Présidence de Monsieur Sarkozy, il y aura la restriction à un projet de loi par session parlementaire du recours à l’article 49.3 de la Constitution, sauf les projets de loi de finance ou de financement de la sécurité sociale. La classe politique française est immature et comme avec les adolescents, l’immaturité oblige à une certaine sévérité. Il n’y a que deux façons responsables d’appréhender le travail parlementaire : les majorités d’idées ou une certaine discipline partisane. La... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2016

Du Candidat, du Militaire et de l’Autisme

Monsieur Juppé qui espère devenir Président de la République et donc chef des armées, entretient une conversation pleine de saveur avec le Général Desportes à propos du devoir de réserve des militaires. La raison de cette discussion est un ouvrage, critique semble-t-il du système judiciaire français, par un autre officier supérieur, le Général Soubelet. La vigueur de l’échange est surréaliste. L’armée est à tort ou à raison réputée plutôt de droite et l’on a peine à imaginer Monsieur Juppé avoir fredonné “Parachutiste“ en duo... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2016

De l'indifférence

Monsieur Trump triomphe aux élections primaires de son parti alors que les dirigeants de celui-ci ne pensent qu'à l'empêcher d'être investi. La Place de la République fut longtemps investie d'insomniaques résolus à troubler le sommeil du quartier. La droite extrême domine les urnes autrichiennes après avoir remporté les élections en Pologne. La Russie et la Chine passent pour les puissances du jour. Le Royaume-Uni s'interroge sur son appartenance à l'Europe comme beaucoup d'autres peuples d'ailleurs, auxquels la question n'est pas... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 14:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 avril 2016

Du Sénat

Le politique au sens de celui ou celle qui fait profession de participer à la gestion de la chose publique, est tel l’élève peu au fait de son programme mais malin, qui sachant ne pas savoir répondre aux questions qui devraient lui être posées en suscite d’autres sur lesquelles il pense pouvoir gloser. L’électeur s’intéresse principalement au chômage et à sa sécurité. Cela fait quarante ans que les pouvoirs publics, toutes tendances confondues, sèchent sur le premier sujet, procédant par partages successifs de pauvreté à défaut de... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2016

De Palmyre

Ecoutant de loin les échos de la bataille de Waterloo, Chateaubriand hésitait entre sensibilité française et hostilité à l’Empereur. Les stances de François-René résonnent d’une musique particulière au bruit des combats de Palmyre. La défaite de l’état islamique est une impérieuse nécessité, celui-ci venant effectivement “jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes“. Pour autant, pouvons-nous nous réjouir de l’affermissement d’un régime qui pratique à grande échelle, tortures et meurtres collectifs et dont les dirigeants... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]