09 juin 2016

De la Mémoire

Montaigne écrivait que “De tant de milliasses de vaillants hommes qui sont morts depuis quinze cents ans en France, les armes à la main, il n’y en a pas cent qui soyent venus à notre connaissance.“ Les XXème et XXIème siècles ont souhaité réparer cette injustice même si le souvenir reste fragmentaire et plutôt centré sur les guerres du XXème siècle. Se posent dès lors les questions du “quand“ et du “comment“ auxquelles il ne peut être répondu qu’après avoir réfléchi à celle plus générale du “pourquoi“.  Un exercice de mémoire... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2016

De l’Eloge du 49-3

Parmi les sottises qui resteront de la Présidence de Monsieur Sarkozy, il y aura la restriction à un projet de loi par session parlementaire du recours à l’article 49.3 de la Constitution, sauf les projets de loi de finance ou de financement de la sécurité sociale. La classe politique française est immature et comme avec les adolescents, l’immaturité oblige à une certaine sévérité. Il n’y a que deux façons responsables d’appréhender le travail parlementaire : les majorités d’idées ou une certaine discipline partisane. La... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2016

Du Candidat, du Militaire et de l’Autisme

Monsieur Juppé qui espère devenir Président de la République et donc chef des armées, entretient une conversation pleine de saveur avec le Général Desportes à propos du devoir de réserve des militaires. La raison de cette discussion est un ouvrage, critique semble-t-il du système judiciaire français, par un autre officier supérieur, le Général Soubelet. La vigueur de l’échange est surréaliste. L’armée est à tort ou à raison réputée plutôt de droite et l’on a peine à imaginer Monsieur Juppé avoir fredonné “Parachutiste“ en duo... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 avril 2016

De l'indifférence

Monsieur Trump triomphe aux élections primaires de son parti alors que les dirigeants de celui-ci ne pensent qu'à l'empêcher d'être investi. La Place de la République fut longtemps investie d'insomniaques résolus à troubler le sommeil du quartier. La droite extrême domine les urnes autrichiennes après avoir remporté les élections en Pologne. La Russie et la Chine passent pour les puissances du jour. Le Royaume-Uni s'interroge sur son appartenance à l'Europe comme beaucoup d'autres peuples d'ailleurs, auxquels la question n'est pas... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 14:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 avril 2016

Du Sénat

Le politique au sens de celui ou celle qui fait profession de participer à la gestion de la chose publique, est tel l’élève peu au fait de son programme mais malin, qui sachant ne pas savoir répondre aux questions qui devraient lui être posées en suscite d’autres sur lesquelles il pense pouvoir gloser. L’électeur s’intéresse principalement au chômage et à sa sécurité. Cela fait quarante ans que les pouvoirs publics, toutes tendances confondues, sèchent sur le premier sujet, procédant par partages successifs de pauvreté à défaut de... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2016

De Palmyre

Ecoutant de loin les échos de la bataille de Waterloo, Chateaubriand hésitait entre sensibilité française et hostilité à l’Empereur. Les stances de François-René résonnent d’une musique particulière au bruit des combats de Palmyre. La défaite de l’état islamique est une impérieuse nécessité, celui-ci venant effectivement “jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes“. Pour autant, pouvons-nous nous réjouir de l’affermissement d’un régime qui pratique à grande échelle, tortures et meurtres collectifs et dont les dirigeants... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2016

Du dernier virage

 Dans les années 1970, le Front National n’était qu’un regroupement marginal de nostalgiques, jeunes ou vieillissants, ayant raté le recentrage offert à l’extrême-droite par l’accès de Monsieur Giscard d’Estaing à la Présidence de la République. Plusieurs lustres plus tard, le Front National est un parti d’électorat populaire, ayant ses petites et grandes entrées dans les allées de la presse et du pouvoir, reçu même à l’Elysée par Monsieur Hollande plutôt comme René Coty pouvait recevoir Pierre Poujade que comme Hindenburg... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2016

Du vide et du trop-plein

 Le Général de Gaulle redoutait pour après lui non pas le vide mais le trop-plein. Les quelques trente-cinq ans qui ont suivi son départ des affaires ne lui donnèrent pas vraiment raison en ce que Pompidou, Mitterrand, Monsieur Giscard d’Estaing et Monsieur Chirac ont à peu près dominé leur camp respectif sans subir l’assaut de trop de prétendants. A droite, Monsieur Sarkozy fut comme un sas de transition : du temps de son quinquennat les candidats à son remplacement restaient assez discrets mais pour autant, chacun sentait... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2016

D’un Succédané

Lorsque la gauche est dans l’opposition, elle se pose en défenseur quasi-institutionnel des libertés et toute initiative même banale qu’un gouvernement de droite prendrait dans un souci d’ordre public, devient une intolérable atteinte à la démocratie. Lorsqu’elle accède au pouvoir et passé le temps d’adaptation, la gauche se délecte à jouer avec les instruments de contrôle et de répression faisant à tout le moins, jeu égal avec la droite à cet égard. Ainsi, Clémenceau se plaisait à être le premier “flic“ de France puis à faire... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2015

DU TROMPE L'OEIL

Du Trompe l’œil   Au tomber de rideau des élections régionales, le vase clos des partis établis, de la presse nationale, des radios et des télévisions, qui vit en apesanteur de la réalité, affichait un mélange du soulagement de ceux qui ont senti le vent du boulet et de la fausse gravité de ceux qui font semblant de savoir. Cette ambiguïté est la même depuis 2002, chacun forçant plus ou moins son talent de pénitent déguisé. Une élection en démocratie est toujours la conséquence du suffrage universel et des règles de sa... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]