02 février 2017

De Thierry Lévy

Il avait une façon inimitable de dire de l’ordonnance d’un juge qu’elle était indigente. Il portait jusqu’à l’extrême, l’exigence de celui qui savait que le rôle premier de l’avocat est de défendre, défendre même celui qu’aucun honnête homme ne voudrait connaître, que la société rêve d’enfermer jusqu’à l’oubli. Il devait croire en une rédemption immanente, ne supportant pas l’idée de la prison, a fortiori perpétuelle.  Il est vrai que la justice est aussi le sentiment de la justice et que la victime a autant sa place dans un... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2017

De l’ombre portée

La France apprit de façon presque simultanée que son Président graciait madame Sauvage et ordonnait de temps en temps de dépêcher ad patres quelques ennemis de la République. La lettre de cachet pour élargir, l’ordre secret pour éliminer. La grâce de madame Sauvage est paradoxale en ce qu’avant d’être décidée, elle était réclamée par tout ce que la cause des droits des femmes pouvait réunir et qu’après, elle fut critiquée par nombre de magistrats. La grâce ne change pas le jugement lequel reste entier. Elle est seulement un pardon... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2017

De l’un des deux

Dans un ménage à trois il faut être l’un des deux, disait Bismarck. Nul ne sait ce que Monsieur Trump connaît de Bismarck mais nolens volens il pourrait en être le disciple. Bipolaire jusqu’en 1989, dominé par les Etats-Unis ensuite, le monde est devenu un ménage à trois : Etats-Unis, Chine et Russie. Monsieur Trump a raison de ne pas vouloir demander l’autorisation de Pékin pour s’entretenir avec un dirigeant de Taiwan. Il a raison de s’inquiéter de l’annexion systématique par la Chine, de la mer du même nom. Il a raison de ne... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 11:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2016

De Berlin et d’Alep

Chacun qui fut Charlie, est aujourd’hui nécessairement et sans concession Berlinois. Que ce soit un journal satirique vidé de ses lecteurs, une épicerie casher ou Noël, deuxième fête de la chrétienté mais son symbole par excellence, rien ne peut être cédé de la démocratie, des libertés publiques, de la tolérance. A y regarder de près cependant, l’édifice est fragile. Depuis longtemps déjà, pour de nombreux cerveaux “désesprités“, la démocratie est une variable d’ajustement à moduler selon les circonstances. Ainsi Madame Royal aime... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 décembre 2016

Du Septennat

Du Septennat   Soit Monsieur Hollande a fait un bel ouvrage et il ne paraît pas utile de penser en confier la poursuite à son premier commis; soit l’ouvrage de Monsieur Hollande est mauvais et on voit mal que le premier commis fasse mieux. D’aucuns voudront justifier le troc éventuel par une analyse des personnalités, signifiant que le premier commis aurait meilleure étoffe que le Président. La démonstration en serait incertaine, tellement l’image agitée du militant arrivé, peine à l’emporter sur celle ronde et réjouie de son... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 18:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2016

De la Tente à l’Isba

En 1814, Alexandre Ier dont les troupes occupaient Paris y fut acclamé par beaucoup et en faiseur de roi, contribua au retour des Bourbons. L’Histoire est un perpétuel recommencement et après avoir assuré sa propre emprise sur la Russie et avoir largement contribué à l’élection de Monsieur Trump, voilà que Monsieur Poutine s’évertue à propulser Monsieur Fillon vers l’Elysée. Les relations extérieures sont paradoxalement les habituelles absentes des débats électoraux ; paradoxalement car sitôt élu, l’impétrant préfère le jeu... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2016

De l’exemple des Quatre-Vingts

Au lendemain du Brexit, beaucoup ont pensé qu’il s’agissait d’une dispute de britanniques agaçants, qui n’aimaient pas l’Europe. Au lendemain de l’occupation de la Crimée par la Russie, beaucoup avaient estimé que Monsieur Poutine devait être libre de jouer dans son bac à sable. Au lendemain de son intervention en Ukraine, les mêmes avaient pensé qu’il pouvait étendre les bordures de son bac à sable. Au lendemain des dérives de la Hongrie et de la Pologne, beaucoup ont pensé qu’il s’agissait de pays seconds dont les soubresauts ne... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 15:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 octobre 2016

De l’Elu

La France aime voter : quatre fois aux primaires – les vrais gourmands et les faux stratèges participeront à celles de la gauche et à celles de la droite-, puis deux fois à l’élection présidentielle, encore deux fois aux législatives qui s’en suivront ; l’exercice a désormais un rythme quinquennal, entrecoupé d’élections, régionale, départementale, municipale et européenne. Pourtant sondages et réseaux sociaux l’affirment: les Français n’aiment pas leurs élus, les soupçonnant de mille vices et d’autant de turpitudes,... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2016

Des Coupoles et d’Alep

Longtemps chacun a cru que la construction européenne avait empêché le vieux continent de retourner à la guerre. Poussant plus loin, Giovanni Agnelli pensait qu’où passaient les marchandises, les canons ne passaient plus. C’était confondre l’effet et la cause. Ce n’est pas la construction européenne qui a empêché la guerre ; c’est parce que les dirigeants des générations issues du second conflit mondial et encore héritiers du premier, voulaient empêcher un retour des malheurs, qu’ils ont imaginé les Communautés puis l’Union.... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 septembre 2016

Des Gaulois

Des générations de Professeurs d’Histoire, pétris d’idéal républicain, ont enseigné plein d’émotion, à des générations de lycéens désormais vieux ou disparus, le propos de Danton selon lequel “On n’emporte pas la Patrie à la semelle de ses souliers“.  Nulle autre différence entre la formule de Danton et celle de Monsieur Sarkozy sur les ancêtres gaulois des Français, que la rive où l’un et l’autre respectivement se situent. Le message est le même: celui qui part comme celui qui arrive, n’emporte ni n’apporte la nation qu’il a... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]