10 novembre 2016

De l’exemple des Quatre-Vingts

Au lendemain du Brexit, beaucoup ont pensé qu’il s’agissait d’une dispute de britanniques agaçants, qui n’aimaient pas l’Europe. Au lendemain de l’occupation de la Crimée par la Russie, beaucoup avaient estimé que Monsieur Poutine devait être libre de jouer dans son bac à sable. Au lendemain de son intervention en Ukraine, les mêmes avaient pensé qu’il pouvait étendre les bordures de son bac à sable. Au lendemain des dérives de la Hongrie et de la Pologne, beaucoup ont pensé qu’il s’agissait de pays seconds dont les soubresauts ne... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 15:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 octobre 2016

De l’Elu

La France aime voter : quatre fois aux primaires – les vrais gourmands et les faux stratèges participeront à celles de la gauche et à celles de la droite-, puis deux fois à l’élection présidentielle, encore deux fois aux législatives qui s’en suivront ; l’exercice a désormais un rythme quinquennal, entrecoupé d’élections, régionale, départementale, municipale et européenne. Pourtant sondages et réseaux sociaux l’affirment: les Français n’aiment pas leurs élus, les soupçonnant de mille vices et d’autant de turpitudes,... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2016

Des Coupoles et d’Alep

Longtemps chacun a cru que la construction européenne avait empêché le vieux continent de retourner à la guerre. Poussant plus loin, Giovanni Agnelli pensait qu’où passaient les marchandises, les canons ne passaient plus. C’était confondre l’effet et la cause. Ce n’est pas la construction européenne qui a empêché la guerre ; c’est parce que les dirigeants des générations issues du second conflit mondial et encore héritiers du premier, voulaient empêcher un retour des malheurs, qu’ils ont imaginé les Communautés puis l’Union.... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 septembre 2016

Des Gaulois

Des générations de Professeurs d’Histoire, pétris d’idéal républicain, ont enseigné plein d’émotion, à des générations de lycéens désormais vieux ou disparus, le propos de Danton selon lequel “On n’emporte pas la Patrie à la semelle de ses souliers“.  Nulle autre différence entre la formule de Danton et celle de Monsieur Sarkozy sur les ancêtres gaulois des Français, que la rive où l’un et l’autre respectivement se situent. Le message est le même: celui qui part comme celui qui arrive, n’emporte ni n’apporte la nation qu’il a... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2016

De la facétie vestimentaire

Saint-Simon privilégiait une société de castes où chacune aurait vécu sans se mélanger, pure de toute bâtardise. Dans cet univers saint-simonien – du Duc pas du Comte -, revisité à la façon du XXIème siècle, le burkini eut naturellement trouvé sa place sur des plages réservées à ses seules adeptes. La France a évolué différemment et il n’y aura pas de réserves pour pratiquantes du burkini. En réalité l’émotion suscitée par ce vêtement étrange n’est qu’une manifestation seconde d’une crise plus profonde entre composantes de la société... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2016

Du miroir aux alouettes

Il se raconte que lors de son séjour en France en 1717, Pierre le Grand recevant le Régent et s’impatientant d’un domestique un peu lent, l’aurait découpé dans le sens de la longueur, d’un trait de sabre. Tout Paris se serait esbaudi d’un caractère si bien trempé et d’une telle originalité, tranchant d’avec les mœurs ramollies du XVIIIème siècle commençant. Le récit est peut-être apocryphe mais il en dit long sur la fascination que les autocrates russes exercent en France à intervalles réguliers sur les esprits crédules. C’est cette... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 09:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 août 2016

Du bruit du bonheur

On connaît son bonheur disait Prévert par le bruit qu’il fait en partant. Certes avant les attentats de Merah, l’Europe ne baignait pas dans le bonheur, chacun pensant que ses enfants ne vivraient pas nécessairement mieux qu’eux-mêmes l’avaient fait mais étaient encore bercés de l’insouciance d’un continent dont l’Histoire semblait s’être retirée. Le bruit fut celui des attentats et est encore celui d’une guerre qui ne se déroule pas aux frontières mais devant la porte de chacun, une guerre où l’ennemi n’a pas d’uniforme et peut être... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2016

De l’obscurantisme et la violence

La décence eut exigé que le temps du deuil fût celui du deuil. L’intelligence eut aimé que le temps d’après, fût celui d’une démarche collective. La décence fut ignorée et l’intelligence a depuis longtemps déserté l’espace public. Pendant quarante ans, les princes qui nous gouvernent, ont affirmé avoir dans leur besace, une recette en kit contre le chômage. Désormais, les opposants du jour, semblables à ceux d’hier lors de l’affaire Merah, prétendent connaître le secret d’une sécurité immédiate. C’est un peu comme si en 1940,... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2016

De Delphes à Eleusis

Au lendemain du vote britannique sur son appartenance à l’Union Européenne, tout quidam est devenu commentateur, tout commentateur s’est mué en expert et tout expert s’est érigé en oracle: Delphes en continu! Chacun dans la brume avait vu et décrypté le vol des hirondelles et les pythies étaient d’autant plus à l’aise qu’elles seront depuis longtemps oubliées quand viendra le temps de vérifier leurs pronostics. A défaut d’interroger l’avenir, la lumière du passé peut aider à comprendre le présent. Depuis temps immémoriaux, aucune... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2016

Du cens et du non-sens

Un Professeur de l’Université de Cambridge déclarait il y a peu qu’il ne connaissait personne qui avait l’intention de voter en faveur du Brexit. Si le suffrage avait un cens au sens où Guizot comprenait le mot, ni Brexit, ni populisme, ni Front National, ni même Donald Trump aux Etats-Unis, n’émergeraient du débat politique légal. Cette circonstance ne signifie nullement qu’il faille renoncer au suffrage universel mais illustre que la crise politique qui traverse peu ou prou le monde occidental et notamment l’Europe n’est pas... [Lire la suite]
Posté par stephenmonod à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]